oe_participant (oe_participant) wrote in obscur_echange,
oe_participant
oe_participant
obscur_echange

[Fic] En bonne compagnie, Critical Role, Essek+les Mighty Nein [de Queen Medb, pour Lierick]

Titre : En bonne compagnie
Auteur : Queen Medb (Participant.e 15)
Pour : Lierick (Participant.e 3)
Fandom : Critical Role
Persos/Couple : Essek, les Mighty Nein
Rating : K
Disclaimer : Critical Role appartient à Matthew Mercer et à l'équipe de Critical Roll.
Prompt : Essek. Une fanfic de son point de vue depuis qu'il a rejoint Mighty Nein pour l'exploration de Aeor. Comment cela affecte sa perception des différents membres du groupe? Avec également un focus sur ce qu'il trouve dans Aeor à propos de la dunamancy et la validation de ses théories et son scepticisme quant à la divinité du Luxon et des beacon.
Bonus: Libre à toi de rajouter des scènes/interactions ayant eu lieu durant cette période.
Notes : Se passe durant l'exploration du Genesis, après la séparation d'avec Charlie. Merci pour l'occasion donnée d'écrire un texte sur un de mes PNJ favoris !


Aeor.
Aeor était... Un miracle. Une menace. Une distraction. Une tentation.
Depuis qu'ils étaient entrés dans ses ruines, Essek ne cessait de trembler, malgré toutes les fourrures qu'il portait. Le froid n'était pourtant pas en cause, ou si peu, et pourtant il n'avait jamais eu si froid de sa vie malgré sa présence en Eiselcross depuis de nombreuses semaines. Ce n'était pas un endroit fait pour les Elfes Noirs, ni pour quiconque d'autre d'ailleurs. Essek resserra les pans de son manteau aussi discrètement que possible, puis se remit à avancer pour ne pas se laisser distancer par le pittoresque groupe que formaient les Mighty Nein.
Une partie de lui même rêvait de se laisser distancer. Chaque complexe qu'ils traversaient, chaque rue qu'ils arpentaient, était un mystère à déchiffrer. S'il restait en arrière, Essek pourrait tenter de décongeler tel rayon de bibliothèque qui semblait intact ou telle colonne couverte de signes arcaniques. Même le sol du couloir dans lequel ils avançaient depuis cinq bonnes minutes en était couvert. Oui, Aeor était un miracle. Partout se lisaient les traces de l'impact de la cité contre la montagne. Le choc subit avait été énorme, bien trop pour que les sortilèges de protection tiennent le coup. La colère des dieux avait été implacable. Dans ces conditions, c'était incroyable qu'autant de témoignages de l'avancement des Aeoriens aient survécu.
Essek pouvait le dire sans se vanter, il était un génie. Il avait sans souci appris à utiliser des formules dunamanciques complexes dès son plus jeune âge et avait depuis fait évoluer rapidement les théories dans ce domaine. Personne d'autre n'aurait pu monter si haut et si vite dans la dynastie, plus encore durant sa première vie. Malgré cela, il ne comprenait même pas un dixième de ce qu'il avait sous les yeux. Ce qu'il lisait là en passant défiait son entendement. La tentation de rester et de de s'emparer de ce savoir pour lui même... Mieux valait ne pas y songer. Essek avait bien appris sa leçon, du moins il l’espérait. Le pouvoir était une tentation dont il devait rester le plus éloigné possible. La politique et l'espionnage étaient deux domaines dans lesquels il n'aurait jamais du tremper. Sans doute devrait-il remercier les Mighty Nein de lui avoir appris ça. Et quelle tentation qu'Aeor ! Quelle menace aussi, si son savoir tombait entre de mauvaises main, comme celles de Trent. Et même, s'il fallait être honnête, celles d'Essek... Avec les armes et les connaissances cachées ici, on pourrait détruire et créer des empires. Ce n'était pas pour rien que les dieux avaient abattu l’orgueilleuse cité.
Les questions auxquelles Essek cherchait des réponses depuis si longtemps étaient là, juste hors de sa portée. Le Praesidis contenait déjà de multiples tentations, mais c'était pire depuis qu'ils avaient pénétré le Genesis. S'il s'éclipsait cinq minutes, que pourrait-il découvrir ? Quelles connaissances se cachaient derrière ces portes décorées de dodécahédrons ? Que pouvaient révéler ces aeormatons inertes ? Et s'il parvenait à libérer ces personnes prisonnières de ces bulles de stase qui les avaient figé éternellement au moment de la chute de la cité volante, qu'apprendrait-il ? Tant de témoignages de l'existence d'une étude de la dunamancie séparée de celle développée à Roshana, libre de ses supersitions...
Essek ne pouvait se permettre de suivre ces pistes. Il avait promis son aide aux Mighty Nein. Sans compter que des monstres se cachaient derrière certaines de ces portes. Même à huit, survivre à une rencontre avec ces abominations était une gageure. Seul... Il ne se mentirait pas, cette simple idée l'épaulait dans sa résolution d'accompagner les Mighty Nein jusqu'au bout. La tentation persistait, malgré tout. Caleb le vivait aussi. Essek lui rappelait aussi souvent de se concentrer sur leur objectif que le contraire.
Caleb, justement, posa une main sur son épaule, le tirant de ses pensées.
-Fascinant, n'est-ce pas ? Une vie humaine ne suffirait pas à tout explorer.
-La vie d'un Elfe Noir non plus. Je comprend un peu mieux ceux qui acceptent la consécution.
-Mais pas au point de la souhaiter.
Ce n'était pas une question, mais une affirmation. Caleb le comprenait mieux que les membres de sa propre famille. Cela faisait mal. Essek détourna le regard et fit mine de se concentrer sur une gravure à moitié effacée.
-Non. Pas au point de la souhaiter. Jamais.
-Je n'en voudrait pas non plus.
-Et moi alors !, s'exclama Beauregard en s'insérant dans une discussion qu'Essek avait pensé privée. Je n'ai déjà pas envie de vivre deux ou trois cent ans, alors être condamnée à revenir encore et encore sans que ce soit garanti que je retrouve ceux que j'ai connu parce que nos cycles seraient décalés ? Quelle horreur !
-La mort est nécessaire au cycle de la vie, ajouta Caduceus en enlevant la poussière d'un vieux calice de pierre qu'il reposa délicatement au même endroit. Le pire n'est pas de ne pas mourir, mais de voir le monde changer encore et encore autour de soi sans être capable de changer en retour. La beauté est dans le changement, même dans la décomposition, pas dans l'immobilité.
-C'est pour ça que tu ne veux pas de la consécution, Essek ?, demanda Jester en se penchant pour le regarder dans les yeux.
-Je me tiens à ce que j'ai toujours dit. Je ne suis pas prêt à mettre ma confiance en une chose avec laquelle on ne peut communiquer et dont on ne peut deviner les desseins.
-Je pourrais demander au Voyageur ce qu'il en pense. Artie est toujours de bon conseil. Peut être qu'il peut communiquer avec le Luxon ?
Le reste des Mighty Nein fit des grimaces dubitatives. Étrangement, Caleb jeta un regard méfiant à la belette à moitié cachée dans la capuche de Jester. Peu rassuré par ce qu'il savait de sa divinité, Essek réussit à prononcer quelques mots de remerciement. Heureusement, il n'eut pas à attendre longtemps pour qu'une sculpture à la forme très vaguement tendancieuse la distraie à nouveau et qu'elle n'encourage les autres à venir l'admirer avec elle.
Essek s'autorisa à sourire doucement. Les Mighty Nein. Si prévisibles et imprévisibles à la foi. Il ne se l'expliquait pas. C'était comme si, prit individuellement, ils étaient prévisibles à l'excès, mais qu'en groupe, ils devenaient le Chaos déchaîné. Fascinant.
Quand ils étaient apparus à Roshana, Essek, et la totalité de la Dynastie les avait considéré comme quantité négligeable. Un groupe hétéroclite qui n'avait pas sa place dans la haute société drow. Essek les avait ignoré dès leurs premières paroles. Quoi qu'ils espèrent obtenir en s'adressant à Leylas Kryn en personne, ils allaient de toute évidence échouer. Quand Caleb avait sorti de son sac une balise du Luxon, Essek en était resté ébahi et avait été forcé de réévaluer en urgence sa perception du groupe. Puis, en interagissant avec eux pendant leur séjour sur les terres de la Dynastie, il n'avait cessé de réévaluer cette perception à la baisse. Les Mighty Nein n'étaient qu'une bande d'aventuriers idiots mais chanceux. Jamais ils ne menaceraient ses plans ou ne découvriraient qu'il était en contact avec l'Assemblée.
Il s'était trompé, ils l'avaient découvert et, contre toute attente, toute logique et tout bon sens, ils n'avaient pas révélé ses agissements à la Dynastie. Ils avaient décidé qu'il était leur ami et qu'il méritait une chance de se racheter. Sa propre famille l'aurait sans aucun complexe livrée aux interrogateurs et les aurait encouragés à utiliser la torture pour le faire parler. Seul son frère se serait refusé à agir ainsi.
Essek était reconnaissant aux Mighty Nein de l'avoir épargné. Il était déterminé à se montrer digne de cette confiance. Cependant, cette confiance l'avait confirmé dans son impression première : il avait affaire à des idiots, et pire, des idiots sentimentaux. Il serait leur perte ou ils seraient la sienne. Un magicien plus intelligent se serait débarrassé d'eux pour se couvrir. Peut être était-il lui aussi un imbécile, au final.
Ils parvinrent à un nouveau croisement. Aussitôt, les Mighty Nein se redressèrent et cessèrent de plaisanter. Ils adoptèrent sans un mot leur habituel ordre de marche pour vérifier qu'ils étaient en sécurité, avant de faire un cercle pour décider du chemin à suivre sans quitter des yeux les recoins d'ombre d'où une menace pouvait surgir.
C'était... instructif de voir les Mighty Nein au travail. Le groupe qu'il voyait à l’œuvre depuis qu'ils étaient rentrés dans Aeor n'était pas celui qu'il connaissait. Ils restaient eux mêmes, brouillons et bruyants, prompts à se fâcher les uns contre les autres mais prêts à rire de tout. Cependant, pour la première fois, leur compétence sautait aux yeux d'Essek. Contrairement à lui, ils étaient des aventuriers aguerris et ici, cela comptait bien plus que tout son savoir livresque. Au moment où cela comptait, les Mighty Nein devenaient mortellement sérieux. Ils avaient parfaitement conscience des enjeux, mieux que lui même. Ils ne se laisseraient pas distraire par les tentations d'Aeor, ne se laisseraient pas effrayer par les monstres laissés derrière par ses habitants.
Peut être même avaient-ils une chance d'arrêter ce Lucien à temps. Pour la première fois, Essek se surprenait à y croire et à envisager leur survie.
Les Mighty Nein décidèrent du chemin qu'il convenait de prendre et se remirent à avancer. Essek les suivi d'un pas soudain plus ferme. Il restait cependant à la traîne derrière, suffisamment proche pour ne pas risquer de se faire arracher du groupe par un ennemi, mais assez loin pour les observer à son aise.
Leur posture ne trahissait aucune hésitation. Ils avançaient la tête haute, même Yasha qui malgré sa taille semblait d'habitude essayer de se ratatiner pour devenir moins menaçante. À présent, Essek pouvait croire Beau quand elle affirmait que sa petite amie était une des plus dangereuses du groupe. Il l'avait sous-estimée comme un magicien pouvait sous-estimer une femme se fiant à la seule force brute quand lui pouvait défier jusqu'à la gravité.
Se sentant observée, Yasha ralentit jusqu'à ce qu'il l'ait rejoint, laissant les autres la dépasser.
-Il ne faut pas être inquiet, chuchota-t-elle de sa voix douce sans le regarder directement. Ils ne sont plus que deux. Tout le monde va s'en sortir.
-Ce Lucien a des pouvoirs qui rivalisent avec ceux d'un Tyranoeuil, seules trois personnes parmi nous ne se reposent pas sur la magie pour gagner leurs combats, deux mêmes puisque Veth est incline à l'utiliser elle aussi. Tout le monde ici a récolté au moins une blessure et nous ne savons pas ce dont sont capables ces yeux que portent Caleb et Beau.
Leurs regards se dirigèrent vers l’œil rougeoyant marqué sur la nuque de Beau, qui semblait briller d'une lueur sombre dans la semi-obscurité. Ni elle, ni Caleb n'abordaient le sujet, ce qui donnait à Essek envie de les secouer jusqu'à ce qu'ils révèlent ce que faisaient ces yeux et qu'ils promettent d'être plus prudents. Le regard de Yasha se fit hanté un moment, faisant regretter à Essek d'avoir abordé le sujet, puis la jeune femme se remit à sourire, d'une manière un peu forcée.
-Tout va bien se passer, répéta-t-elle d'une voix un peu plus tremblante. Nous avons trois dieux avec nous. Peut être même quatre, avec le Luxon ?
-Ce n'est pas mon Luxon. Ce n'est même pas un dieu, juste un mystère à déchiffrer.
-Vous ne croyez pas en lui, intervint Caduceus qui marchait suffisamment près pour entendre la conversation. Mais peut être que lui croit en vous ?
Essek ne répondit pas. Ce n'était ni le lieu ni le moment pour un débat théologique. Oui, les dieux existaient. Difficile de le nier quand leurs prêtres pouvaient produire de véritables miracles et communiquer avec eux. La Mère Sauvage et le Seigneur des Orages étaient réels. La Reine Araignée avait hélas donné assez de preuves de son existence aux Elfes Noirs au cours des siècles. Cependant, Jester prouvait chaque jour qu'il n'y avait pas besoin d'être un dieu pour provoquer des actes de foi. Une Archifée comme cet Artagan n'était certainement pas un dieu. Rien ne prouvait que le Luxon en était un.
Non. Essek était un magicien. Il croyait dans les mathématiques de l'arcane car il avait la preuve de leur réalité. Il croyait dans les dieux parce qu'on pouvait leur parler et demander qu'ils répondent. Le Luxon, c'était autre chose. Seul le silence répondait à ceux qui le priaient et plutôt que de douter de ce qu'ils avaient entre les mains, ils préféraient proclamer que ce silence était la preuve de la réalité de leur dieu. Oui, le Luxon semblait donner beaucoup et rien demander en échange. Semblait restait le mot clé. Où étaient les preuves empiriques ? Ni ces proclamations enflammées ni ce silence ne convainquaient Essek. Les témoignages omniprésents du lien entre Aeor et ce qui était censé être sa religion ne le rassuraient pas.
Les savants d'Aeor connaissaient l'existence du Luxon. L'avaient-ils révéré ? C'était encore un mystère. Ils semblaient l'avoir étudié. Les preuves manquaient, mais les faits étaient là. Aeor était liée au Luxon.
Et Aeor était tombée. Le Luxon n'avait sauvé personne.
-Pause !, déclara soudain Beau. On est gelés, affamés, et si on ne laisse pas les magiciens faire mumuse cinq minutes dans cette salle, l'un des deux va finir par avoir des convulsions et je sais même pas sur lequel parier.
Essek soupira de soulagement, et pas seulement à cause de l'énergie dunamantique qu'il sentait dans la salle et qu'il rêvait d'étudier de plus près. Il était fourbu. Les autres étaient peut être des aventuriers expérimentés, mais lui avait passé l'essentiel de son temps cantonné dans son laboratoire jusqu'à ce qu'il doive fuir les légitimes suspicions de son gouvernement.
-Une heure d'arrêt ne me paraît pas excessif, approuva Fjord. Lucien est aussi mortel que nous. Lui aussi doit se reposer, surtout si lui et Cree ont fait autant de mauvaises rencontres que nous. On ne gagnera pas de terrain, mais je doute qu'on en perde davantage.
Les Mighty Nein se laissèrent tomber sur leurs sacs en poussant des gémissements exagérés de souffrance. Essek parvint de justesse à conserver sa dignité en les imitant, mais ne put retenir un soupir de soulagement une fois assis. Se relever serait difficile.
Veth l'entendit et ricana.
-J'en connais un qui regrette d'avoir choisi de se déplacer en flottant toute sa vie, pas vrai ?
-Je dois reconnaître que je n'aurais pas pensé que mes crimes et notre amitié me conduiraient dans de tels endroits.
Amitié. Dire ce mot à voix haute était toujours un choc, tout comme le manque de protestations de ses compagnons.
-Mais ce serait tellement génial de pouvoir faire ça tout le temps !, s'exclama Jester. Dis, Essek, tu pourrais m'apprendre ? Ou l'apprendre à Caleb, je suis sûre qu'il adorerait ça !
Essek avait appris à se méfier de la lueur malicieuse dans son regard, mais ignorait toujours comment lui dire non. Les autres se pinçaient les lèvres pour ne pas rire devant son désarroi. Ce qu'ils ne disaient pas mais qu'Essek savait aussi bien qu'eux, c'était qu'eux aussi en étaient incapables.
-Nous verrons, finit-il par dire. Quand nous sortirons d'ici.
Quand, pas si. Il devait être aussi fou qu'eux mais il voulait y croire.
Veth lui tendit sa flasque d'alcool.
-Besoin de courage liquide ?
-J'aurais fort besoin de courage tout court, répondit-il en faisant un geste de refus. Je ne sais comment vous trouvez la force de continuer.
-Je préférerais être à la maison avec mon fils et mon mari et ne pas avoir besoin de cette flasque. Mais si ce n'est pas nous, qui se chargerait du travail ?
Pas l'Empire. Pas la Dynastie. Il n'y avait qu'eux. Il fallait du courage pour l'admettre et laisser sa famille derrière pour marcher à une mort quasi-certaine. Veth avait bien plus à perdre que lui en pénétrant dans Aeor mais elle était venu quand même. Encore une qu'il avait sous-estimée. Il avait pensé que l'ex-gobeline n'était restée si longtemps parmi les Mighty Nein que pour retrouver sa véritable apparence puis finir de payer sa dette pour l'aide que les autres lui avaient apporté. En somme, Essek avait pensé que Veth était celle qui lui ressemblait le plus parmi ce groupe improbable. Il n'en était rien. Malgré sa dépendance à la bouteille, elle valait infiniment plus que lui.
Il réalisait autre chose. Si tous proclamaient qu'ils allaient s'en sortir, personne ne pensait qu'il n'y aurait pas un prix à payer. Quelqu'un ne remonterait pas, c'était inévitable. Ils auraient même de la chance si un seul d'entre eux y restait. Et chacun était déterminé à être celui-là, à donner sa vie pour que le monde, et leurs amis, vivent. Chacun, Essek y comprit. Ils avaient ce point là en commun. Alors, peut être qu'Essek appartenait vraiment à leur groupe. Peut être qu'il n'était pas juste un ajout de dernière minute pour maximiser leurs chances de survie.
Peut être qu'ils voulaient vraiment de lui parmi eux, alors même qu'il n'avait rien fait pour mériter cette confiance ou cette chance de rédemption. Essek avait l'impression que quelque chose le brûlait à l'intérieur.
Il refusa la nourriture qu'on lui proposait et ne but qu'à grand peine. Son estomac était trop noué pour qu'il puisse avaler quoi que ce soit. Il ordonna à ses muscles de se détendre, en vain. Alors, pour ne pas qu'on le dérange, il s'adossa au mur et ferma un instant les yeux.

Un bruit finit par le réveiller. Sans qu'il s'en rende compte, le bruit de conversation des Mighty Nein avait fini par le bercer. Essek jeta un coup d’œil aux alentours, mais personne ne semblait s'en être rendu compte. Fort heureusement. Magicien ou soldat, il était honteux pour un Elfe de s'endormir pendant une mission aussi dangereuse. Ses quelques heures de méditation nocturne auraient du lui suffire. Tout commandant digne de ce nom l'aurait vertement sermonné mais les Mighty Nein l'auraient probablement même encouragé à dormir plus longtemps, comme si sa déconcentration ne les mettaient pas tous en danger.
Pendant sa courte absence, Caleb avait quitté le groupe qui se restaurait. À l'autre bout de la pièce, il examinait quelque chose au sol. Curieux, Essek se leva pour le rejoindre, ignorant la protestation de ses muscles.
Il prit au passage le temps d'examiner la pièce. Ce devait être un laboratoire, si on se fiait aux signes arcaniques sur les murs et le plafond. Une partie de la pièce était visiblement réservée à des expériences alchimiques. Le matériel et les méthodes avaient étonnement peu évolué au cours des siècles. Là aussi, des gravures rappelaient l'importance du Luxon dans les travaux des savants aeoriens. Il était difficile d'évaluer sur quoi exactement travaillait la personne qui possédait ce laboratoire. Une large partie de la pièce avait été soufflée par une explosion et un large éboulis avait englouti un bon tiers de celle-ci, rendant illisible les équations magiques. Les traces noires sur les murs indiquaient que l'explosion était partie d'un chaudron dont ne restait que des éclats noircis. L'impact d'Aeor contre la montagne avait interrompu une expérience dangereuse et désormais incompréhensible. Quelle pitié.
Au moins cette découverte confirmait les suspicions d'Essek. Si les fanaux du Luxon était quelque chose qu'on étudiait aussi bien d'un point de vue alchimiques qu'arcanique, c'était la preuve définitive que ce n'était rien d'autre qu'un objet d'étude pour les savants d'Aeor. Pas une seule fois ils n'étaient tombés sur un lieu de culte. Parfois, l'absence d'évidences était une preuve en soi. C'était le cas ici.
-Quel lien pouvait bien exister entre le Luxon et l'alchimie ?, demanda-t-il à Caleb en le rejoignant. Personne parmi la Dynastie n'a jamais formulé une idée rapprochant les deux.
-Je ne sais pas. Peut être pourras-tu explorer cette piste un jour ? C'est davantage le domaine de Veth et Yeza, mais j'apporterais un coup de main si je le puis.
Ils offraient si facilement leur aide et leur confiance que c'en était affolant. Pouvaient-ils vraiment oublier la trahison d'Essek ? Ne se doutaient-ils pas qu'il avait pensé à les tuer pour préserver ses arrières ?
-Merci, réussit-il à dire. Je crains cependant qu'il n'en aille de même ici que dans les autres pièces où nous avons trouvé des traces de l'étude du Luxon. Tout est trop détruit pour utiliser les recherches de ces gens. Il faudra repartir de zéro, et sans espoir d'aboutir à quoi que ce soit. As-tu trouvé quelque chose ?
Caleb se redressa et lui montra l'objet qu'il tenait en main. C'était une espèce d'aigle sculpté dans du métal, si rouillé qu'il fallut un petit moment pour qu'Essek comprenne de quoi il s'agissait.
-Un jouet d'enfant, souffla Caleb avec une étrange révérence. Quelqu'un a joué ici pendant que son père ou sa mère explorait les mystères de l'univers. Le jouet est tombé au sol au moment de la catastrophe. Eux, le souffle de l'explosion a du les projeter dans le coin de la pièce. Ils sont là, sous ces débris. Les pauvres gens.
Essek cligna des yeux. Il se reconnaissait souvent en Caleb. Cette ambition, ce désir acharné de comprendre le monde et ces mystères, c'était quelque chose qu'ils avaient en commun. Tous les deux avaient commis des atrocités, mais leurs points communs s'arrêtaient là. Caleb avait été manipulé par un professeur faisant semblant d'être bienveillant pour mieux le contrôlé. Essek n'avait eu besoin de personne pour s'engager dans le chemin qu'il avait prit.
Surtout, là où Essek ne voyait qu'une opportunité ratée d'en découvrir plus sur le mystère qui le hantait, Caleb voyait le drame humain. Toutes ces victimes innocentes de l'arrogance d'Aeor. Oui, c'était regrettable, mais Essek ne le voyait pas spontanément. Essek aurait voulu en être capable. Faire preuve de compassion et de compréhension pour d'autres que lui-même pouvait-il s'apprendre ? Si oui, pouvait-il l'apprendre, après les horreurs auquel il avait participé ? Il l'espérait.
-On repart, annonça Beau depuis l'autre côté de la pièce. Ne faisons pas attendre ce salaud de Lucien. J'ai trop envie de mettre mon poing dans sa belle gueule.
Caleb reposa soigneusement le petit objet au bord de l'éboulis. S'il avait été croyant, il aurait probablement même récité une petite prière. Essek ne le comprendrait probablement jamais, peut importait à quel point il en mourrait d'envie. L'humain lui tapota brièvement l'épaule, l'encourageant à se remettre en route, puis rejoignit Veth et se mit à discuter avec elle à grand renforts de gestes. À deux reprises, il désigna Essek. Déjà il se mettait en quatre pour tenir ce qui n'était qu'une vague promesse. Drôle de récompense pour un Elfe qui leur avait promis de réclamer le prix de chaque faveur qu'il leur offrait.
Tout en discutant, mais avec déjà un air plus grave affiché sur leurs visages, les Mighty Nein commencèrent à s'enfoncer plus loin encore dans les entrailles d'Aeor. Fjord et Beau s'attardèrent cependant, continuant à voix basse leur. Ils étaient les plus suspicieux des Mighty Nein, et Essek leur donnait raison. Ils était normal de se méfier de lui, même s'il n'avait aucune intention de les abandonner ou de les poignarder dans le dos. Cette suspicion le rassurait presque. Elle était normale. Attendue. Contrairement à leur amitié.
-Ne vous inquiétez pas, déclara-t-il en parvenant à leur hauteur. Je ne compte pas m'attarder ici, et même si je rêve d'envie d'arracher ses secrets à Aeor, je n'en ferais rien tant que notre mission n'est pas finie. Je comprend les enjeux, la menace que représentent Lucien et les Somnovem. Vous n'avez aucune raison de me faire confiance, après ce que j'ai fait, je comprend bien, mais je vous assure que vous pouvez consacrer toute votre attention au danger devant vous.
Fjord souffla une dernière chose à l'oreille de Beau, hocha la tête en direction d'Essek, puis s'éloigna à son tour. Beau haussa les épaules.
-On est les Mighty Nein. On se fait confiance jusqu'à preuve du contraire, même quand ce n'est pas la décision la plus sage. Personne n'a cru que Yasha travaillait volontairement avec Orban, du moins pas sérieusement. On est resté avec Fjord même quand on se demandait s'il n'allait pas tenter de libérer Uk'otoa pour garder ses pouvoirs . Le père de Jester travaille avec des types peu recommandables, mais tant qu'il ne fait pas de mal à Jester, ça nous va. Tu as dit que tu nous aiderait. Ça nous suffit aussi. Mais quand un magicien reste silencieux et s'attarde à l'arrière, je préfère vérifier que tout va bien.
-Tout va bien.
-Sûr ?
-Certain. Je ne céderai pas à la tentation d'explorer Aeor seul.
-Je parle pas de ça. Tu nous regarde bizarrement.
Essek grimaça.
-Je m'excuse. C'est simplement que vous êtes différents de ce que j'imaginais. Si je dois me battre à vos côtés, je dois mieux vous connaître. Comprendre vos forces et vos faiblesses, pour vous aider au mieux.
-Pour ça tu ferais mieux de te joindre à nous et de discuter plutôt que de nous observer de loin. Rejoignons les autres.
Difficile, songea Essek tout en embrayant le pas de Beau. L'ardoise qu'il devait effacer était plus remplie que celle des autres. Et même sans cela, comment se joindre à un groupe aussi soudé que celui là ? Caduceus y était parvenu, mais le clerc se comportait en ami avec tout le monde. Essek n'avait pas ses dons. Il ne pouvait que regarder les Nein rire et se toucher facilement avec un pincement au cœur, certain qu'il n'arriverait jamais à passer cette intimité.
Le reste du groupe avait déjà prit une bonne avance. Essek ne voyait plus qu'une faible lumière à l'autre bout d'un tunnel. Il s'efforça de presser le pas, mais ses jambes fatiguées protestaient à nouveau. Beau ralentit pour rester à sa hauteur.
-Sérieusement, demanda-t-elle. Pourquoi cette distance ?
Essek n'hésita pas longtemps. Il s'était promis de ne plus rien leur cacher, mais il trouvait ridicule de partager son envie d'appartenir au groupe. Il choisit un autre angle d'approche.
-Chacun ici pense qu'il devra mourir pour sauver les autres.
Beau renifla d'un air de dérision.
-Bien sûr. On est tous des imbéciles co-dépendants à l'excès et chacun se trouve coupable. Veth, Caleb et moi de n'avoir pas pu sauver Molly, Yasha, Fjord et Jester de ne pas avoir été là quand il est mort. Tous on se dit que si les choses avaient été différentes, Lucien ne serait pas là aujourd'hui, et on est tous décidés à être le seul ou la seule à payer le prix de cet échec. Toi ?
-Je pensais descendre ici pour mourir à vos côtés et empêcher l'un de vous de subir ce sort. Tôt ou tard, les soupçons qui pèsent contre moi finiront par devenir une certitude. Sauver la vie d'un d'entre vous au prix de la mienne me paraissait un meilleur destin que la mort réservée aux traîtres envers la Dynastie.
-Comme je disais. Des imbéciles. Tout le monde ici a quelque chose à se prouver. Bon, peut être pas Caduceus. Ou Jester. Eux veulent juste aider parce que c'est la chose à faire. Mais les autres... On va dire que nos raisons sont égoïstes quand on regarde les choses en face.
-Pourquoi être là alors, si ce n'est parce que le souvenir de votre ami vous y oblige ? Veth dit que c'est parce que nul autre ne serait là à votre place.
Beau réfléchit un moment.
-Elle a raison, bien sûr. Molly voulait qu'on laisse chaque endroit où on passerait un peu meilleur à notre départ. Mais ce n'est pas la seule raison. Je dirais que pour Veth, c'est parce qu'elle a décidé qu'elle est notre mère à tous et qu'elle ne peut pas être une bonne mère pour son petit Luc si elle ne s'est pas assurée que tous ses autres enfants survivent à cette aventure. Pour Caleb, c'est parce qu'il aurait aimé que quelqu'un soit là pour l'arrêter à temps avant qu'il ne tue sa famille et qu'il veut faire de même pour Molly. Pour Fjord, c'est un peu pareil. Il sait qu'il est passé à ça de faire disparaître le monde en libérant Uk'otoa. Ça fait une sacré ardoise à effacer, mais tu sais ce que c'est.
Essek hocha la tête. Il n'avait jamais spécialement considéré les ressemblances entre lui et Fjord, mais oui, tous deux avaient commis ou failli commettre un acte terrible par égoïsme et ambition. Peut être se ressemblaient-ils plus que lui et Caleb, en fin de compte.
-Yasha fait ça parce que Molly était son ami avant même qu'ils se mettent à voyager avec nous et qu'elle espère encore qu'il soit là quelque part. Elle veut le sauver comme on l'a sauvé, mais là il suffira pas d'un sort à désactiver et je ne sais pas comment le lui dire. Et moi, c'est parce que je veux me retrouver face à mon père et dire à ce crétin qu'il s'est complètement trompé sur moi et que s'il l'avait seulement vu au lieu de m'abandonner et de me vendre, et bien, peut être qu'un peu de ma victoire rejaillirait sur lui.
Ah. Il comprenait mieux Beauregard avec cette dernière information. Lui aussi savait ce que c'était que de vivre au sein d'une famille qui ne serait jamais satisfaite de ce qu'il ferait et qui attendrait toujours plus de lui. Voilà une proximité à laquelle il ne se serait jamais attendu.
Il parvint à sourire à Beau.
-Cela va être compliqué de perdre quelqu'un, si tout le monde tente de se porter au secours du premier qui a l'air blessé.
Elle rit à sa tentative de plaisanterie.
-Je vois ce que tu veux dire. Les Mighty Nein, la recette parfaite d'un désastre annoncé. Un sort bien placé de la part de Lucien et on part tous ensemble. Au moins, on serait en bonne compagnie, pas vrai ?
Les Mighty Nein. Toujours surprenants, toujours déterminés à défier le destin et des ennemis trop fort pour eux. Prêts à rire et à hurler leur défi face à la mort. Aussi prompts à punir leurs ennemis qu'à pardonner ceux qu'ils considéraient comme des amis. Peut être allait-il mourir en tentant d'arrêter le retour de Cognouza. Peut être allaient-ils tous mourir. Et même s'ils réussissaient, cela ne suffirait pas à ce qu'on leur pardonne leurs crimes ou qu'ils se les pardonnent à eux-même. Peu importe, au final. Ça ne les empêcheraient pas d'essayer.
Essek sourit. Oui, à défaut d'autre chose, il était en bonne compagnie.

Tags: auteur:queen medb, critical role, fic, pour:lierick
Subscribe

  • Gros Tas Mou - Partie 2

    Fandoms K-Y Fic - Karneval Personnage : Yogi/+Gareki Idée central : Yogi réfléchit à ce qu'il ressent depuis que Gareki est arrivé à Circus Fic -…

  • Gros Tas Mou - Partie 1

    Fandoms A-J Fic - L’ ge de Glace – Manny, Sid et Diego – Le premier film sous-entend que Manny a eu une famille qu’il a perdu de la main de…

  • Gros Tas Mou - Partie 2

    Fic - The Magicians - Eliot/Quentin - Dans la série (je n'ai malheureusement pas lu les livres). J'aimerais beaucoup un petit spin-off de la scène…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment